Marie Laniel et Pascale Tollance (dir.).

Résumé :

Désir, rêve ou fantasme, la transparence est peut-être d’abord une aspiration qui porte l’écriture comme la création artistique. Comment ne pas reconnaître dans l’image, mais aussi bien dans le texte, la volonté de donner à voir, de dissiper les brumes de l’habitude, de lever le voile qui rend le monde terne, opaque ou indifférent ? Il n’est pourtant pas rare que ce rêve se brouille au moment du face-à-face avec la page ou la toile – dans l’épreuve des mots, du trait ou de la couleur. Dans les articles qui suivent, force est de constater que de la transparence ne reste bien souvent qu’un souvenir – ou ce qu’on croit être un souvenir –, un idéal mis à mal de façon tantôt grave tantôt ludique. Que la transparence soit d’une certaine façon perdue n’empêche pas que persiste la volonté de faire voir autrement – faute de pouvoir révéler entièrement. Le texte n’est-il pas souvent façonné, orienté ou aimanté par ces moments où quelque chose s’éclaire « enfin », fût-ce de façon subreptice et fugitive ?

Sommaire

Marie Laniel et Pascale Tollance
Avant-propos

Sophie Aymes
Couleur et transparence à l’ère des procédés photomécaniques

Claire Murray
Entre mythes helléniques et récits édifiants : hagiographies parodiques dans Under the Hill d’Aubrey Beardsley et Stories Toto Told Me de Frederick Rolfe

Catherine Delyfer
Visible / invisible / visuel : spectralité et hantologie dans The Gateless Barrier de Lucas Malet

Liliane Louvel
Tours et retournements du ‘moment ekphrastique’ : histoires de rideaux, de mousseline et de frêles voiles de chair

Cathy Roche-Liger
Transparence et opacité des ekphraseis et palimpsestes de Paul Durcan

Laurence Petit
Transparence photographique et opacité verbale dans Speak, Memory de Vladimir Nabokov

Aude Haffen
Transparence et opacité autobiographiques dans deux récits de souvenirs d’enfance catholique : Memories of a Catholic Girlhood de Mary McCarthy (1957) et Little Wilson and Big God d’Anthony Burgess (1987)

Camille François
Histoires de fantômes : insoutenables légèretés et ombres portées de l’enfant dans le roman britannique contemporain

Marie Laniel
Dans la nuit mystique : Black Dogs de Ian McEwan